La fin de l’axe gauche-droite…

Honnêtement, j’ai jamais compris pourquoi on mettait tant d’emphase sur l’axe gauchedroite en politique qui est carrément un piège à con.

Pour moi, l’ironie du sort est de dire que ceux qui se de «gauche» ou de «droite» le font souvent sous un but de vouloir avoir un sens de supériorité par rapport à l’autre. Par exemple, certaines personnes socialistes qui se considèrent de «gauche» vont croire à l’intégralité de cet axe bipolaire, du fait que celui-ci reste sous une base vertueuse. Dans d’autres mots, ceux-ci considèrent sans exagérer que la «gauche» représente tout ce qui est vertueux selon leur définition à eux, alors que la droite représente dans une certaine vision caricaturale un amalgame incompréhensible de trucs qui sont «mauvais» et souvent contradictoires.

De l’autre bord, certaines personnes qui se disent à «droite» ont une idéologie qui est très collectiviste, parfois à saveur nationaliste et qui a beaucoup de point de commun avec des théories socialistes qui sont considérées dans la culture populaire comme à «gauche». Tout comme le fait que beaucoup de gens ont étrangement tendance à mettre le fascisme et le communisme aux antipodes, alors que ceux-ci ont un nombre incalculable de points en commun.

C’est donc pour cela qu’à mon avis, on devrait laisser tomber l’axe gauche/droite, et aller vers un axe collectiviste (ou socialiste) vs. libéraliste.

Or, l’un fait appel aux structures collectives, plutôt qu’aux structures individuelles et se veut d’avoir une structure principalement basée sur l’état qui contrôle de façon plus ou moins marquée les sphères économiques et sociétales dans le cadre de la vie quotidienne des gens. C’est donc dire que dans ce cadre, la nation et les autres structures à saveur collectiviste (ou parfois corporatiste) prennent une place toute importante, et cela souvent pour assurer un bien commun collectif au dire de ces gens. Dans certains cas, le fait d’avoir un leader fort et plus ou moins charismatique est quelque chose de très important.

D’un autre côté, le libéralisme laisse une place aux individus, à un état limité, aux libertés individuelles, à la coopération volontaire, au libre marché et ainsi aux structures volontaires et cela avec un certain degré de décentralisation. Or, cet axe met aussi l’emphase qu’un état trop interventionniste amène de façon graduelle à un état qui ne va pas respecter les droits individuels et cela avec un impact marqué sur la vie quotidienne des individus.

Advertisements

Une réflexion sur “La fin de l’axe gauche-droite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s