L’économie vaudou

Ah! Le néo-libéralisme, quel terme épouvantail qui peut désigner tout et rien à la fois. À la limite, lorsque je vois des gens qui se considèrent des intellectuels utiliser ce terme pour désigner tout ou rien, je me dis que ceux-ci doivent manquer de synonymes dans leur dictionnaire pour désigner n’importe quoi allant de Keynésiens à des économistes de l’École Autrichienne.

Mais encore, il est évident que chez beaucoup d’universitaires, il y existe une haine du néo-libéralisme pour des raisons étranges. C’est comme si ce terme voulait signifier n’importe quoi qui goûte mauvais chez certaines personnes.

Sur ce, je dois dire qu’ironiquement, il est curieux que nombre d’intellectuels sont incapables de faire la différence entre libéralisme et corporatiste. Pour moi, l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale ne sont pas du libéralisme, mais bien une forme de corporatisme avec les mêmes structures aussi ésotériques que l’ONU. Dans ce cadre, c’est comme si les alter-mondialistes induisent de manière volontaire les gens en erreur en leur faisant croire que le libéralisme est relié au corporatisme. Et encore, les alternatives que ces gens proposent sont souvent très étranges car certains proposent une forme de protectionnisme quasi-autarcique à la limite sous des airs bien-pensants, alors que d’autres proposent un système qui se relève à une forme d’économie planifiée simplement avec d’autres termes utilisés. Ça s’appelle du recyclage!

Pour moi, cependant, le vrai libre-marché est celui de vivre dans un état qui vit selon ces moyens, qui ne déresponsabilise pas les individus et qui ouvre ses frontières commerciales aux autres juridictions tout en arrêtant de jouer avec les flux monétaires de la Banque Centrale d’un pays donné. Or, certaines personnes ont la pédale douce à critiquer les programmes d’ajustements structurels du FMI, sans toutefois réaliser que plus souvent qu’autrement ces mêmes états se sont foutus dans le purin en voulant dépenser trop et en imprimant de l’argent pour payer plus de programmes étatiques.

Sur ce, je suis désolé, mais c’est pas un peu le syndrome de l’arroseur arrosé. Et avec un état qui compose une partie importante du PIB dans nombre de pays industrialisés et qui augmente de manière constante dans plusieurs états, je commence à croire que ceux qui crient que leur état industrialisé se dit néo-libéral vivent parfois dans une sorte de monde parallèle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s