Corporatisme égale étatisme

Pour moi, c’est évident le corporatisme est une forme d’étatisme. Sauf que plus souvent qu’autrement, ce même corporatisme vient à la suite d’un étatisme grandissant. L’état veut donc s’impliquer partout et chaque groupe ou entreprise veut avoir son bout de tarte tout en acceptant un état qui met son nez partout.

Cela est un bon texte à la base pour mentionner le côté buffet de ce même corporatisme, sauf que je vois quelques incohérences.

-Est-ce que l’auteur est contre TOUTES les subventions. Or, pour moi, une subvention à une grosse entreprise est aussi pire qu’une subvention au milieu culturel ou à un organisme qui devient dépendant des mamelles de l’état. C’est  donc du pareil au même, peu importe la subvention.

-Je vois un gros sophisme dans ce texte. Or, l’auteur parle d’un supposé démantèlement de l’état, même s’il nomme aucun programme qui a été coupé. Entre 1994 et 2011, est-ce que le budget de l’état ou de nombre d’employés de l’état a été réduit?

En fait, au contraire depuis quelques années, je vois simplement le nombre de programmes mur-à-mur sont simplement augmentés au cours des années avec une bureaucratie qui augmente davantage. Or, évidemment, je suis certain que certains groupes (comme les centrales syndicales entres autres) ne se plaignent pas, tout comme certains lobbies qui se ferment les yeux lorsqu’ils reçoivent leur aide étatique. En fait, prenez par exemple le programme étatisé de fécondation in-vitro qui a été conçu à cause de lobbies peu importe son utilité ou son coût.

-L’auteur parle du néo-libéralisme (sic) de l’ère Bouchard. Or, c’est bien curieux que durant cette période de nombreux programmes étatiques ont été faits. Pensons aux garderies étatisées ou au gel des frais de la scolarité qui ont faits dans simple bon but d’acheter une par une certaines clientèles électorales.

Donc, en somme, je suis contre le corporatisme de n’importe quelle sorte. En fait, je commence à croire que Québec Solidaire est non pas contre le corporatisme mais contre l’entreprise privée. Pour elle, et cela sans exagérer, n’importe quoi qui est étatisé est automatiquement bénéfique et bien veillant.

Sur ce, à la différence de Québec Solidaire, je suis farouchement contre un colisée qui est geré par l’état ou qui reçoit des fonds de l’état comme actuellement. Tout comme je suis tout aussi contre le fait que certaines entreprises, certains artistes ou organismes se doivent de coucher avec l’état afin d’assurer leur subsistance peu importe leurs bonnes intentions de départ. Ceci n’est donc pas du libre marché, mais bien une économie semi-planifiée où l’état choisit les gagnants et les perdants selon le degré de copinage politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s