Terrorisme intellectuel

Malheureusement, je dois dire que pour quelqu’un qui a un intérêt immense pour la politique électorale au niveau international comme votre humble serviteur, cet article a été l’une des raisons principales qui m’ont fait souvenir pourquoi j’ai annulé mon abonnement à l’Actualité. J’apprécie la publication anglophone soeur qui est le Maclean qui a de manière régulière des articles parfois très intéressants, mais autant dire que le contenu de l’Actualité s’est fortement provincialisé depuis environ une dizaine d’années. Malgré cette opinion, je respecte évidemment les gens qui sont abonnés à ce magazine, sauf que mon intérêt est rendu proche du zéro pour cette publication.

Véritablement, autant dire que ce magazine se permet d’induire ses lecteurs en erreur, surtout celle qui n’a pas accès à des publications scientifiques ou des publications plus locales dans le domaine de la politique électorale. Rendu à ce point ce n’est plus rendu de simples erreurs, mais bien des erreurs qui sont inexcusables surtout du fait que de telles erreurs seraient passibles de conséquences si elles seraient vis-à-vis des enjeux plus locaux. Or, des blogues bénévoles sur le sujet font même certainement un travail plus appliqué. Je recommande World Elections publié par un wizz d’Ottawa

Mais pourquoi, je fais une montée de lait? Parce que justement c’est cette carte qui m’a fait sursauter plus qu’autre chose.

http://www.lactualite.com/monde/pleins-feux-sur-lextreme-droite?page=0,1

Or, je dois dire en premier lieu que je ne suis ni nationaliste, ni socialiste et ni anti-immigration. Je suis davantage libéral classique ou davantage connu comme libertarien en Amérique du Nord tant au niveau économique que dans la société en général.

Mais autant dire une chose, cette carte est de la pure désinformation pour plusieurs raisons:

1)D’abord, c’est quoi la définition de l’extrême-droite? Aucune définition claire n’est mentionnée dans l’objectif de la carte démontrée. On a par contre recours à un auteur qui est considéré comme supposément une source fiable et cela avec un argumentaire pauvre. C’est un argument fallacieux qui ressemble au fait qu’on essaie de mettre une opinion comme un fait avec du journaliste jaune. Je dois dire que je suis un visuel, mais ces cartes et ses tableaux sont une méthode pauvre même pour donner une vue d’ensemble d’un sujet très très complexe.

2)Sur quelles bases que certains partis se situent sur cette carte? Par exemple, quels éléments de la plate-forme du Parti du Progrès en Norvège fait que ce parti d’origine libérale classique se considère comme d’extrême-droite? Comment expliquer entre d’autres que des Norvégiens issus de l’immigration votent pour ce parti?

3)Il y existe aussi une profonde méconnaissance de la politique partisane en Europe dans cette carte. Or, comment ici comparer des partis qui se disent pro-mondialisation et pro-libre marché (Parti du progrès) avec d’autres partis politiques qui sont protectionnistes (Jobbik). Dans cette liste, il y a aussi des partis politiques qui sont écartés du gouvernement, tout comme d’autres qui sont parfaitement acceptés dans l’arène avec même des ministères pour certains partis sur cette liste (prenez l’UDC en Suisse ou la Ligue du Nord en Italie qui est un parti régionaliste au gouvernement depuis déjà un bon nombre d’années). C’est carrément illusoire et enfantin de vouloir mettre des partis entouré d’un cordon sanitaire en étant des intouchables avec d’autres partis qui collaborent pleinement au gouvernement.

Donc, en somme, autant dire une chose, est-ce que dans ce cas, est-ce que l’extrême-gauche rencontre l’extrême-droite sur une panoplie d’éléments? Honnêtement, la réponse est positive. Par exemple, aux Pays-Bas, le Parti Socialiste (qui est plus socialiste économiquement que le Parti travalliste ou même le Parti Gauche-Vert qui a ouvert une possibilité d’une coalition avec les Libéraux maintenant au pouvoir) a une position très directe face à l’immigration particulièrement lors des dernières deux élections Néerlandaises.

Puis encore, il est évident que malgré que cela soit un sujet tabou au Québec, le courent nationaliste «mainstream» depuis 40 ans utilise une rhétorique qui ressemble beaucoup à celle de ces partis malgré que peu de gens mentionnent cet élément primordial de la politique Québécoise qui est considéré comme normal au Québec serait très très mal accepté ailleurs en occident. Lisez par exemple la plate-forme des Démocrates Suèdois dans un des liens ci-dessous pour y voir plus clair et constater qu’après tout les gens devraient plutôt regarder leur classe politique qu’ils élisent depuis des années dans le miroir avant d’émettre des jugements sur les autres.

Je vous recommande ces liens issus d’un francophone dont je connais très bien sur la Toile qui a un excellent blogue qui connait beaucoup la politique Allemande et Scandinavie ayant vécu à Berlin: Ici, ici et ici

P.S: Si L’Actualité veut vraiment faire un coup de maître, qu’elle fasse une entrevue avec la leader du Parti du Progrès qui est Siv Jensen qui parle pourtant le français. Autant y aller à la source au lieu d’y aller avec des oui-dires.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s