Le culte du collectivisme

Le problème avec le collectivisme c’est que celui-ci essaie toujours de vouloir «inventer» des groupes afin de pouvoir considérer une personne comme un simple mouton dans un troupeau. Cela peut aller autant avec le socialisme, le communisme, le fascisme, le nationalisme.  Remarquez dans la plupart des cas mais pas tous, il faut un leader qui dirige le troupeau.

Or, il est bien plus facile d’être un mouton que d’être ton propre berger. Être un mouton demande peu d’efforts  et permet de mettre le blâme sur un ou des ennemis plus ou moins imaginaires. Comme humain, c’est souvent un réflexe très facile.

Cela rend certains personnes qui ne sont pas des collectivistes très méfiantes envers le concept du «bien commun». Dans sa définition, le «bien commun» peut aller tellement loin qu’il peut justifier n’importe quelle intervention du leader qui croit que la planification est la solution de régler tous les maux du monde. Aussi, autant dire que ce même concept du «bien commun» aide grandement le même leader à pouvoir avoir une légitimé de pouvoir en son sens et à utiliser l’excuse de la bonne conscience. Cela n’exclut évidemment pas la morale et le respect des autres comme que tu aimerais être traité en tant que personne. Au-delà du «bien commun» cela se rapproche davantage a de la réciprocité.

En somme, soyez très très méfiants de n’importe quel leader qui veut vous promettre la Lune et le Soleil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s