Un commerce peut-il faire de la discrimination?

Disons que je vais à un endroit puis on refuse de servir un client selon une telle caractéristique donnée.

Est-ce que c’est techniquement légal?

Oui, car d’un sens, je suis de ceux qui considèrent qu’un commerce privé peut en effet discriminer quelqu’un selon un élément donné. Par exemple, si une personne arrive dans un commerce torse nu, le propriétaire ou le commis à véritablement le droit de refuser qu’une personne entre dans son commerce. Tout comme les centres de conditionnement physique pour femmes ou les bars gays. Un autre cas très glissant est celui de la coiffure est du fait que certains coiffeurs refusent certains clients non pas par racisme mais cela à cause d’une méconnaissance du type de cheveux et pour éviter que le client ne soit pas satisfait.  Aussi, il est parfaitement compréhensible qu’un entrepreneur se spécialise dans des services pour un certain sexe tout en faisant alors de la discrimination. Par exemple, va-t-on crier à la discrimination lorsque c’est écrit «coiffure pour dames» à l’entrée d’un commerce?

Bien que les exemples mentionnés plus haut sont communément acceptés dans la vie courante, le problème selon certains vient d’une discrimination à cause de la couleur de peau, d’une origine donnée ou de la langue. Techniquement je ne suis pas contre le fait qu’une personne soit refusée selon un critère donné, mais elle devra en subir les conséquences de son action.

Évidemment, à moins qu’il y existe une loi étatique à ce sujet stipulant le contraire (comme dans certains états du sud aux États-Unis jusque dans les années 60), un commerçant qui  refuse un client selon un trait donné comme individu se doit d’en subir les conséquences et donc de perdre les fonds potentiels du client en question qui est refusé. Je suis certain que même dans le sud des États-Unis, beaucoup de commerçants auraient aimés avoir une nouvelle clientèle quitte à celle-ci soit désavantagée par des lois en ayant toujours le moins bon, bien que je suis certain qu’un certain nombre d’Afro-Américains auraient voulus être traités comme des clients normaux en payant et en voyageant en première classe, par exemple ou en payant plus cher pour les meilleures places au cinéma en étant traité comme un client normal.

-D’abord, il va perdre un client. À ce moment, à condition que le client paye, je connais peu de commerçants qui vont refuser des clients peu importe si ceux-ci sont Martiens ou parlent le Swahili. Comme le dicton mentionne, «ne tue pas la poule qui pond des oeufs d’or».

-Aussi, est-ce que je vais aller à un commerce qui discrimine un consommateur? Non, je vais aller ailleurs comme cela est le cas pour tout mauvais service. Même là, beaucoup de gens ont la fâcheuse habitude de retourner dans un commerce où qu’ils ont eu un mauvais, et cela malgré l’existence de compétiteurs.

Donc, en somme, un commerçant a évidemment le droit de discriminer et cette « discrimination» a lieu très souvent pour divers facteurs, sauf qu’en pratique celui-ci doit être prêt à perdre des clients potentiels lorsque cette discrimination devient très évidente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s