Je décroche

Je décroche de cette question des frais de scolarité.

J’ai toujours été neutre en tant que spectateur mais autant dire que là c’est frise le cirque autant d’un bord que de l’autre.

Je vais avoir du respect uniquement lorsque ces organismes vont comprendre que tu payes des frais de scolarité pendant 5-6 ans de ta vie en moyenne, alors que tu es contribuable pendant des décennies complètes. Or, quelqu’un dans un domaine universitaire en demande risque fort probablement de donner la moitié de son labeur en taxes et en impôts de tout genre qui servent entre autres à payer les heures supplémentaires des policiers. Mais bien, j’ai l’impression que certains dans le monde étudiant ne savent pas c’est quoi malheureusement la responsabilité. Ironiquement, pour le Jour de la Terre, le moratoire de non-violence a curieusement très bien passé!

C’est simple, ces assos pensent au très court terme. Ils s’en fichent bien du « après » et même avec leur attitude «consommez maintenant, payez plus tard». Puis bon, bien qu’un nombre quand même assez limité d’étudiants sont en grève, les assos étudiantes comme l’ASSÉ jouent un jeu contradictoire.

D’un côté ils veulent jouer le jeu de la démocratie directe et des grands principes de pseudo-démocratie de meute, mais de l’autre ils aiment bien cela lorsqu’il est quasi-obligatoire de faire partie d’une association étudiante et en plus qu’il est TRÈS DIFFICILE pour une faculté de sortir d’une association étudiante lorsque celle-ci entre dans une association donnée. C’est rien d’autre qu’une mascarade leur jeu et autant dire que même avec une gratuité scolaire pour les étudiants, je ne crois pas que ceux-ci vont laisser aller les frais reliés aux cotisations aux associations étudiantes.

Et notez que les élites politiques il y a 40 ans auraient dû mettre leurs culottes et indexer les frais de scolarité par rapport à l’inflation.

C’est cela le non-sens de la politique, n’importe quoi devient irréformable avec le temps sous prétexte de la « paix sociale ». Facile de parler de « paix sociale » lorsque c’est pas toi qui paye.

Quel va être la solution, peut-être repenser l’enseignement supérieur. Mais c’est une toute autre histoire.

Autre chose, on nous répète sans cesse le terme « paix sociale ».

Donc, à la lecture de ce terme à priori réactionnaire et statusquoiste, n’importe quelle réforme va être carrément impossible à l’avenir.

Bonne chance à celui qui va être assez maso pour vouloir être premier ministre ou ministre de l’éducation, j’ai l’impression que diriger l’Afghanistan est parfois une tâche plus facile.

Aussi, malgré que le gouvernement Charest est détesté pour des raisons fort évidentes et celui-ci est toxique, il faut être extrêmement naïf pour croire qu’un autre gouvernement (peu importe sa couleur) aurait une tactique différente avec certains organismes qui veulent jouer les ligues majeures mais avec des structures de pee-wee. À l’opposition officielle qui essaie de se transformer en une succursale de certaines assos étudiants, n’oubliez pas que le gouvernement péquiste précédent ne voulait rien savoir de quelconque négociation avec l’ASSÉ pour des raisons qui font que la structure de l’organisme est trop instable pour les responsabilités importantes  qui lui sont accordés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s