De la nouvelle politique? Vraiment?

Nous sommes le 30 juillet 1992…heu, non désolé…2012.

Sans surprise avec le PQ qui est encore stocké en 1992, ceux-ci pensent sérieusement que leur «état de politiciens» va pouvoir faire sécession en inventant des crises avec le gouvernement  fédéral.

Ma réponse à cela? C’est probablement pour cela que les gens sont aussi cyniques à la politique et aux politiciens. Mais bon, même les politiciens eux-mêmes semblent avoir des convictions assez béantes surtout lorsqu’il vient le temps de se magasiner une circonscription où ils peuvent se faire élire sans trop d’efforts.

La question constitutionnelle est devenue un foutoir au Québec pour éviter de parler d’enjeux très importants tant pour le PLQ que le PQ. C’est aussi pire que la mythologie des communistes français, on attend au «grand soir» et tout va s’arranger comme par magie. Et autant dire que les groupes qui sont enclins à s’associer au mouvement nationalo-sécessionniste, sont souvent ceux qui les plus dépendants de l’état pour en soutirer tous les avantages possibles (corporatisme) On a simplement à penser aux syndicats du secteur public dans des secteurs où il y existe un monopole selon la loi, des groupes de pressions qui veulent plus de fonds et/ou plus de pouvoir de «planification» ou des lobbys divers qui ne semblent pas réalisent qu’il y existe un palier de contribuables.

Et autant dire, que les vieux réflexes sont aussi de cours au PLQ, où que le parti a simplement besoin de parler de la question constitutionnelle pour faire oublier son gouvernement aussi exécrable et médiocre que celui du PQ dans sa vision d’ensemble et sa politique.

Moi je crois que la vraie indépendance se résume à celle d’avoir des citoyens qui sont libres et qui sont capables de faire leurs propres choix et non une indépendance qui est celle de simplement donner plus de pouvoir aux politiciens et aux technocrates. Or, la seconde indépendance a donné rien de bon dans l’histoire. C’est malheureusement ce genre d’indépendance qui a donné la situation dans plusieurs états sur le continent Africain, alors que ces états ont commencé à prospérer lorsqu’il ont commencé l’initiative individuelle et l’entreprenariat et non l’aide étatisée servant à engraisser ceux qui sont bien connectés au pouvoir.

Notez bien que si le Canada est un état communiste, je vais être le premier à être favorable pour l’indépendance du Québec (ou de l’Ontario, de la Saskatchewan ou de l’Alberta).

Mais à voir comment le gouvernement du Québec lésine sur les libertés individuelles (et je ne dis pas que le gouvernement fédéral canadien est vraiment mieux sur certains aspects), je crois que ce concept d’indépendance étatique ressemble à une forme de «pain et des jeux» pour simplement donner un outil pour donner plus de corde aux politiciens qui sont incapables de même gérer leurs juridictions dans un cadre fédéral. Tant les gouvernements, qu’ils soient Libéraux que Péquistes ont fait des dizaines et des dizaines de comités et de commissions sur la question de l’éducation et de la santé depuis des dizaines d’années et RIEN NE CHANGE.

La culture est de «tabletter» des rapports pour se donner bonne conscience puis on continue avec la même soupe.

Et notez bien que je trouve cela quasi-criminel d’avoir des politiciens qui imposent une si grande dette aux générations futures par leurs dépenses électoralistes. Ajoutons aussi que la non-durabilité de programmes qui sont basés sur le court terme, que ça soit le système de santé (dont personne ne sait ce qu’il va arriver lorsque moins en moins vont cotiser dans le système) ou le régime des caisses de retraites qui est rien d’être qu’une fraude de Ponzi glorifiée par l’état.

Ajoutons aussi un cadre législatif qui se dépasse toujours dans sa complexité et son incompréhension. Et le plus drôle c’est que peu de gens comprennent exactement comment cela fonctionne réellement. Les gens sont tellement dépendants qu’ils en veulent simplement plus et ne savent même plus dans quoi couper ou quoi réformer.

Cela donne qu’au lieu d’une société basée sur l’initiative, la responsabilisation, la solidarité et l’excellence, nous avons une société basée sur la médiocrité, l’infantilisation et le paternalisme.  Et cette même situation revient malheureusement beaucoup trop souvent en Occident.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s