Le viagra électoral

Cet été, oublions le viagra électoral, il va toujours y avoir de la dysfonction électorale.

Je peux me tromper, mais je ne crois pas que cette élection va être celle où il y avoir un réel débat pour parler des réformes.

Pourquoi? Parce que justement, au Québec, malgré qu’il est clair que cette élection n’a pas la question constitutionnelle comme enjeu, les politiciens aiment cela parler de cette question.

C’est simpliste au maximum et ça demande pas beaucoup d’effort.

Par exemple, JC va dire, Pauline Marois veut faire un référendum et inventer des chicanes pour se faire du capital politique.

Et PM va répondre, mon adversaire n’a pas à coeur l’intêret des Québécois. John James Charest est un «vendu».

Et je suppose que AK va utiliser le terme «néo-libéral» considérant du fait que l’état Québécois est encore plus envahissant aujourd’hui qu’en 2003.

À force d’avoir des référendums à répétition, les politiciens ont fini par tous se ressembler.

Et cela fait que l’axe politique se base sur des pseudo-consensus dont il devient quasiment impossible de réformer.

Ils pronent tous un état social-démocrate et cela en comprenant qu’il bien faut toujours entretenir un sentiment de victimisation inventée par les politiciens eux-mêmes.

Je ne crois pas que la grande majorité des électeurs au Québec aiment cela être considérées comme des victimes.

Puis, je ne crois pas qu’être positif et décrire la situation comme qu’elle est quelque chose de monotone ou de «pas vendeur».

Au contraire, parler d’excellence et de rigueur, de dénoncer les corporatistes et de parler contre un état qui infantilise des adultes est quelque chose qui vient chercher beaucoup de gens, y compris ceux qui ne votent peu ou pas.

Et honnêtement, dénoncer la corruption et la collusion ne va rien donner si on est incapable de parler de ces enjeux.

Peu importe les bonnes intentions d’un gouvernement donné, la corruption et la collusion ne sont qu’une conséquence d’un système qui a encouragé l’étatisation (et donc la politisation) de nombreux secteurs qui touchent notre vie quotidienne.

Je suis certain qu’à la lumière d’avoir vu la situation lors des dernières audiences de la Commission Charbonneau, autant le PLQ que le PQ veulent une élection avant la mi-septembre.

_______________________________________________________________________________________________________

Soit dit, la campagne dans Mercier se rélève de plus en plus d’être une caricature de ce quartier qui ne réprésente pas malheureusement beaucoup de ses habitants.

Les électeurs ont le choix entre un socialiste de couleur brune-orange ou un socialiste bleu pâle.

Et dire, qu’il y a encore des gens qui croient que le PQ est une coalition arc-en-ciel alors qu’il devient de plus en plus difficile de trouver rien d’autres que des sociaux-démocrates au PQ.

Je crois même qu’une coalition PQ-QS n’est pas quelque chose d’impossible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s